Usagers de la route
Le saviez-vous ?
 
L
e saviez-vous ? La visibilité sur internet est si importante pour les praticiens du droit de la route qu’une véritable guerre s’est engagée pour l’utilisation des mots clés liés au droit routier
Internet est devenu en quelques années une mine d'information. Les moteurs de recherche ont gagné le pari fou de réussir à canaliser cette quantité phénoménale d'information afin que les internautes puissent y accéder facilement par requête. C'est ce qui a permis le succès d'internet: la performance des moteurs de recherche.

Le principe est simple: un moteur de recherche fonctionne par requête sur des mots très précis, des mots clés. Lorsque le moteur de recherche parcourt les articles d'un site, il identifie la présence de ces mots clés pour ensuite proposer l'article aux internautes lorsque leur requête contient les mots clés identifiés.

Aujourd'hui les mots clés sont partout: dans le nom de domaine, dans les articles, dans les tags,... Et c'est parfois ce qui pose problème. L'importance des mots clés est telle que plus rien est laissé au hasard. Le phénomène est particulièrement vrai concernant le droit automobile. Lorsqu'un usager de la route perd des points sur son permis de conduire, il est passablement énervé (première réaction). D'autant qu'il n'a que 12 points sur son permis de conduire, il ne peut pas s'amuser à en perdre constamment. Cependant les premières fois, il ne réagit pas en général. La contestation de l’amende forfaitaire ne l’intéresse pas. Il constate simplement qu'il a moins de points et espère simplement ne pas en perdre davantage dans l'année à venir. Mais lorsque son capital point est proche de 0, c'est là qu'il prend subitement conscience que le permis de conduire est un outil essentiel pour son travail, sa vie quotidienne, qu'il va avoir du mal à s'en passer et qu'il n'est pas décidé à perdre son permis de conduire.

Deuxième temps: la nécessité d'agir ! 2 cas de figure se présentent: ou bien le permis est annulé avec perte des 12 points, ou bien le permis n'est pas annulé mais il ne reste dessus que 1 ou 2 points. Dans le premier cas; l'usager de la route cherchera à récupérer son permis. Sa recherche sur internet consistera à savoir comment récupérer un permis de conduire annulé. Le cas est différent de celui qui n'a pas perdu son permis de conduire mais dont le permis ne contient plus que quelques points. Celui-là cherchera avant tout à savoir comment récupérer des points sur son permis de conduire. Dans les 2 cas, les usagers de la route tenteront d'avoir la réponse à leur question et entreront dans les moteurs de recherche les mots clés correspondant à leur requête.

C'est là que la guerre commence... Première chose à savoir quels mots clés, les usagers de la route vont-ils rentrer ? Permis annulé ? Annulation permis ? Récupérer son permis ? Les possibilités sont multiples. Mais il est probable que ceux-ci tapent une requête courte. Du genre permis de conduire annulé que faire ? Vient alors l'offensive, placer un maximum de fois ces mots clés identifiés. Les placer dans des articles, les placer dans des tags, les placer dans des noms de page. Les placer dans le nom de domaine ... et c'est là que le bât blesse. En effet, plus un nom de domaine est court, plus il est efficace. Un nom de domaine comme annulation du permis de conduire, c'est efficace. Un nom de domaine comme « que faire si mon permis est annulé, j'aimerais bien le récupérer », c'est beaucoup moins efficace. Du coup tout le monde veut avoir les mêmes noms de domaine. Et sachant que les extensions sont limitées (exemple: .fr, .com. .edu), il n'y a pas assez de possibilité pour satisfaire tout le monde. Sachant, en plus, que certains en réservent plusieurs pour empêcher d'autres de les concurrencer.

Sur les liens commerciaux, ça fait monter les enchères... Tout le monde veut avoir sa publicité sur les mêmes mots clés. Des pratiques étonnantes se sont même développées. Certaines sociétés n'ont pas hésité à se faire référencer sur les liens commerciaux avec des mots clés utilisant des noms d'avocat. Plus clairement et plus précisément, certains cabinets d'avocat ou sociétés ont par exemple utilisé des noms propres pour se faire référencer. Ainsi une société s'est placée sur les liens commerciaux avec comme mots clés Maître De Caumont ou un cabinet d'avocat avec comme mot clé Leduc-Novi. La pratique est très limite mais illustre bien la guerre sur les mots clés.
usager de la route