Usagers de la route
Le saviez-vous ?
 
L
e saviez-vous ? Parmi tous les facteurs (alcool, vitesse excessive, fatigue, médicament, stupéfiants, etc.) augmentant le risque d’accident de la route, l’alcool est vraisemblablement le facteur accroissant le plus le risque d’accident
La baisse du nombre de personnes tuées suite à un accident de voiture, ainsi que la prise en charge financière de chaque victime d’un accident de la route sont des enjeux majeurs de la politique routière. Quitte à ce que cette politique soit extrêmement répressive. Le nombre de tués dans un accident de la route a considérablement diminué en 15 ans. En 1996, 8.638 personnes sont décédées suite à un accident de la route. En 2011, il y en avait moitié moins, 3.963 morts. Dans le même temps, la politique de répression routière s'est considérablement durcie, avec comme conséquence l'augmentation importante du nombre d'annulation du permis de conduire. En 2010 et 2011, il y a eu plus de 85.000 permis annulés. Cependant il est important d'éviter l'écueil d'une politique inutilement répressive, ne s’attaquant pas aux véritables causes d'accident de la route. Et pour cela, encore faut-il que les causes d’accident de la route soient connues.

Or, le premier constat est qu'il existe un manque d'information sur les causes d'accident de la route. Soit parce que ces informations ne sont pas recherchées, soit parce qu'elles sont difficiles à obtenir. Ainsi, si certaines informations sont systématiquement relevées par les services de police ou de gendarmerie lorsqu'un accident se produit (exemple: alcoolémie, conditions météorologiques), d'autres ne le sont pas. Souvent parce qu'elles sont difficiles à connaître, bien que pouvant pourtant être des causes possibles d'accident (exemple: vitesse excessive, téléphone au volant, distance de sécurité non respectée, fatigue du conducteur, prise de médicament pouvant avoir des effets de somnolence). Il est dont très difficile de connaitre, de façon parfaitement objective, le poids des facteurs tels que l'alcool, la vitesse, la prise de médicament, la fatigue, dans la survenance des accidents. Sans compter qu’il existe aussi les facteurs de risque indépendants de l’usager de la route, tels que la dangerosité des routes par exemple.

Les statistiques sur les accidents de la route font état que 30 % des personnes tuées suite à un accident de la route présentent un taux d'alcoolémie positif. C'est le facteur prépondérant d'accident parmi les facteurs quantifiables et un des principaux facteurs d'accident. La vitesse excessive, sans doute, un facteur important dans la survenue d'accident n'est quant à elle pas comptabilisée dans les statistiques d'accident de la route. Le défaut de ceinture ou de casque est un facteur de risque très important de voir l'accident être mortel (22 % des personnes décédées suite à un accident de la route ne portaient pas de ceinture de sécurité). Le non-respect des distances de sécurité favorise les collisions par l'arrière et en chaine (7 % des personnes décédées sur la route et 16 % des blessés). La fatigue est un facteur de survenue d'accident non négligeable (8 % des accidents mortels).

Parce que la conduite en état d’alcoolémie est un des principaux facteurs d'accident, la lutte contre l'alcool au volant est forte et ne faiblit pas. Elle occasionne un nombre important d'amende, de retrait de point et de permis de conduire annulé. En 2011, 95.344 personnes ont été sanctionnées pour délit de conduite sous l'emprise d'un état alcoolique caractérisé (taux d'alcool pur supérieur ou égal à 0,8 g/l de sang ou 0,4 mg/l d'air expiré). En 2011 toujours, 79.652 personnes ont été sanctionnées pour contravention de conduite sous l'emprise d'un état alcoolique caractérisé.

L'alcool au volant est un vrai problème. Le législateur envisage même de supprimer toute tolérance vis à vis de l'alcool au volant en supprimant les seuils actuels. L'usager de la route sera fautif dès l'instant où il aura pris son volant et consommé de l'alcool. Mais est-ce vraiment l'alcool au volant le problème ou l'alcool tout court ? L'abus d'alcool est dangereux pour soi et pour les autres (exemple : facteur présent dans la maltraitance, bagarre en sortie de discothèque, problème de santé ...). Est-ce ainsi l'alcool au volant qu'il faut condamner ou toute prise abusive d'alcool qui fait qu'on ne maitrise plus ses actes ?

L’alcool au volant est sévèrement condamné. En cas de délit, la conduite sous l’empire d’un état alcoolique est passible de 2 ans d'emprisonnement et de 4.500 euros d'amende. En cas d’accident, l’indemnisation d’une victime d’un accident de la route n’est plus de droit, s’il s’avère que celle-ci conduisait sous l’empire d’un état alcoolique. Mais, il est aussi important que le législateur agisse avec davantage de rigueur. Et notamment, il est nécessaire que l’homologation des éthylomètres soit faite correctement pour éviter que des usagers de la route puissent bénéficier de nullité de procédure parce qu’un éthylomètre n’était pas homologué correctement.
usager de la route